Egon Schiele à propos de l'exposition Egon Schiele / Jean-Michel Basquiat à la fondation Louis Vuitton

Posted in blog

En ce début janvier, nous avons profité d’être à Paris, pour affronter quelques heures de queue dans le froid pour aller voir l’exposition Egon Schiele / Jean-Michel Basquiat à la fondation Louis Vuitton.

Pour ma part, c’était surtout Egon Schiele qui m’intéressait. J’avais en mémoire son trait si particulier qui m’avaient toujours fasciné.

Le parcours d’exposition revient chronologiquement sur la vie du jeune artiste, et met en regard ses œuvres avec les périodes – rencontres, influences, épreuves…. C’est assez court, et la plupart des travaux présentés sont des petits formats que la foule ne permet pas d’apprécier à sa juste valeur.

Mais c’est le genre d’exposition dont on ressort avec l’envie d’y retourner et de s’attarder devant chaque tableau, car on y rencontre la beauté. Particulièrement les esquisses inachevées portent la trace de la fugacité, du geste, et traduisent le caractère vivant du dessin. Il y a quelque chose de très contemporain et graphique dans le trait et la gestion des couleurs d’Egon Schiele, dans sa composition aussi. Les perspectives exagérées, déformées parfois, évoquent un autre dessinateur que l’on aime beaucoup, Taiyou Matsumoto (voir notre autre article), qui est une inspiration pour beaucoup d’animateurs.

L’exposition consacrée à Jean-Michel Basquiat contraste par le volume d’œuvres présentées, leurs formats, mais on retrouve aussi dans le travail du jeune artiste, une approche encore une fois très graphique, gestuelle et immédiate.

Cette double exposition, au travers de l’œuvre prolifique de deux jeunes artistes morts tous les deux à 28 ans, montre à voir l’énergie créatrice – parfois destructrice – qui les a conduit tous les deux à bousculer les conventions artistiques de leur époque, et peuvent être encore aujourd’hui inspirante.